Logiciels

Comment la Russie espionne et censure les communications en Ukraine

Depuis le déclenchement de la guerre d’UkraineDans les territoires occupés, le contrôle des communications est l’une des priorités de la Russie. Il n’est donc pas surprenant que les troupes qui répondent à Vladimir Poutine aient mis en place un système de contrôle des communications. appareil de censure et d’espionnage sur les citoyens qui vivent encore dans ces régions. À cet égard, un rapport de Le New York Times explique comment les fournisseurs d’accès à Internet et de téléphonie mobile sont contraints de réacheminer leurs services via les réseaux russes pour faciliter cette opération.

Le journal se concentre sur le cas de Jersondans le sud de l’Ukraine. Cette ville, qui est sous contrôle russe de facto depuis la fin du mois d’avril, a coupé ses liaisons numériques avec le reste du pays. Les entreprises qui fournissent un accès internet aux particuliers, aux entreprises et aux institutions ont dû interrompre leurs connexions avec Kiev et le reste du pays. et les ont acheminées vers la Russie, via la Crimée..

La première conséquence de cette opération est la censure subie par ceux qui résident encore dans l’Ukraine occupée. En redirigeant l’accès au web via les réseaux russes, les utilisateurs ne peuvent pas accéder aux plateformes populaires qui sont bloquées, telles que Google, YouTube, Instagram, Twitter et Facebook. Toutefois, la restriction ne se limite pas aux réseaux sociaux. Les médias ukrainiens et d’autres sources d’information indépendantes sont également touchés, de même que les sites web des banques et des institutions financières.

Le plus frappant, c’est que la censure de l’Ukraine par la Russie nécessite la participation de la Crimée en tant qu’allié spécial. La péninsule annexée par les Russes en 2014 fournit l’infrastructure nécessaire au contrôle des communications dans le territoire occupé. Pour ce faire, elle fait appel à une société d’État russe appelée Miranda Mediale rapport indique.

Comme si cela ne suffisait pas, les troupes russes volent également des équipements et des câbles à fibre optique appartenant aux fournisseurs d’accès ukrainiens afin d’étendre leur capacité technique et de soutenir les télécommunications dans les régions sous leur contrôle.

La Russie étend la censure et la surveillance à l’Ukraine

Femme manifestant contre la guerre en Ukraine | Russie | Ukraine censure.
Crédit : Katie Godowski

Mais la censure à Kherson et dans d’autres régions occupées de l’Ukraine ne se limite pas au contrôle des connexions Internet domestiques ou commerciales. La Russie a également a pris le contrôle de la connectivité cellulaireaffectant la fourniture de téléphones mobiles et transformant les réseaux disponibles en appareil d’espionnage.

Le rapport de Le New York Times indique que les Ukrainiens vivant dans la région ne peuvent retrouver une connexion sur leur smartphone que s’ils achètent une carte SIM pour une ligne téléphonique russe. L’inconvénient ? Ils doivent présenter leur passeport. Cela signifie que l’enregistrement de toutes leurs activités – appels, messages, historique en ligne – est lié à leur identité.

Mais ce n’est pas tout. L’armée russe aurait également détruit un grand nombre d’antennes. Ils tirent même sur les citoyens qui tentent de grimper en hauteur, des arbres aux terrasses, pour essayer d’obtenir un signal. Il est clair que tenter d’échapper à la censure et à l’espionnage est devenue une menace de mort dans l’Ukraine occupée.

Tenter d’échapper au blocus

Il est clair que les perspectives sont loin d’être bonnes. Ainsi, l’utilisation de services VPN pour tenter de contourner la censure russe sur l’Ukraine est devenue plus fréquente. D’un autre côté, certaines entreprises de télécommunications ukrainiennes ont préféré saboter leurs propres réseaux plutôt que d’en céder le contrôle aux forces armées russes.

En attendant, l’armée ukrainienne tente de reconnecter à son réseau toutes les villes qu’elle parvient à reprendre. Un travail très difficile et sous la menace permanente d’une nouvelle offensive russe.

Quoi qu’il en soit, la situation en matière de connectivité n’est pas la même dans tous les territoires occupés par la Russie. Indépendamment de ce qui se passe à Kherson, d’autres régions ont souffert d’un manque de connectivité. d’un black-out total affectant à la fois l’accès au web et à la téléphonie mobile, et ce depuis des mois.

Rémy

Mon intérêt pour la science et la technologie me pousse constamment à explorer de nouveaux domaines. Des avancées en intelligence artificielle aux dernières nouvelles sur les jeux vidéo, je suis captivé par l'impact de la science et de la technologie sur notre société et notre futur. J'espère partager avec vous cette passion à travers mes articles sur web-actu.fr.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page