Apple

COVID-19 anéantit les affaires d’Apple en Chine

L’activité d’Apple est sérieusement menacée par les nouvelle vague de COVID-19 en Chine, maintenant que les mesures strictes de « zéro COVID » imposées par le gouvernement commencent à être assouplies.

Le fabricant de téléphones a enduré un mois de chaos et de calvaire à l’intérieur de l’immense usine de son principal assembleur, Foxconnà Zhengzhou, qui est connue dans le monde entier comme la « ville de l’iPhone », à la suite d’une épidémie de coronavirus qui a débuté en octobre.

Trois ans viennent de s’écouler depuis l’apparition du virus à Wuhan, mais la plus grande entreprise du monde souffre toujours de ses effets. Et la situation ne fait qu’empirer. Les pertes s’accumulent, et le mois de protestations et de fermetures dues à l’épidémie à l’intérieur de l’usine pourrait avoir causé des pertes dépassant les 40 milliards de dollars, selon les estimations de l’Agence européenne pour la sécurité maritime. Bloomberg.

Un mois terrible pour Apple juste avant Noël

Apple a envoyé une déclaration le 6 novembre dans laquelle elle reconnaît que « les restrictions COVID-19 ont temporairement affecté l’usine principale d’assemblage de l’iPhone 14 Pro et de l’iPhone 14 Pro Max située à Zhengzhou », et que l’usine fonctionnait à « capacité considérablement réduite ». Et c’était à la période la plus importante de l’annéeLes nouveaux modèles sont lancés quelques semaines avant le début de l’importante campagne de Noël.

Les problèmes ont commencé en octobre, lorsque les travailleurs ont quitté les locaux de l’usine par crainte de la COVID-19 ou parce qu’ils en avaient assez des mesures. En l’absence de personnel, des primes supplémentaires leur ont été offertes pour les inciter à revenir. Certains sont revenus, mais la direction a renié ses promesses et une révolte a éclaté, qui, au détriment du Parti communiste chinois, a été diffusée dans le monde entier via Twitter et Instagram.

Cet incident a déclenché un soulèvement général dans les villes chinoises, alimenté par une grande partie de la population qui en a assez des mesures anti-vigilance strictes imposées par Xi Jinping. Il a décidé d’assouplir les restrictions en raison de la situation économique et sociale de plus en plus insoutenable du pays.

Le chiffre d’affaires d’Apple sera sérieusement entamé au prochain trimestre fiscalqui est généralement le trimestre le plus important pour le fabricant. Les problèmes de production n’empêchent pas les ventes d’avoir lieu plus tard dans l’année, une fois que le stock de ses téléphones haut de gamme sera à nouveau disponible, mais Noël est généralement la période la plus propice de l’année.

Les analystes s’accordent à penser que le chiffre d’affaires de la société pour ce trimestre sera à peine inférieur au chiffre record de 123,9 milliards de dollars atteint à la même période l’année dernière, et que le bénéfice net devrait chuter de plus de 8 %, selon les estimations des banques. Cela mettrait fin à une série de 14 trimestres de croissance des revenus, alors qu’Apple connaît une pénurie de 5 à 15 millions d’iPhones.

Le problème des stocks s’est manifesté en Espagne, où les utilisateurs doivent attendre plusieurs semaines pour commander ou se rendre dans les magasins dans l’espoir de trouver le modèle qu’ils souhaitent. Cette situation a incité Jose Saez-Merino à programmer @iPhoneStocka robot Un robot Twitter pour vérifier la disponibilité des nouveaux iPhones en magasin. « Cette année, nous avons constaté des stocks beaucoup plus limités pour Noël par rapport aux années précédentes où, à cette époque, les stocks étaient déjà stables », explique M. Saez-Merino. « J’ai programmé le robot lorsque Apple a annoncé qu’il y aurait une pénurie d’unités, et j’ai rapidement commencé à recevoir des messages de remerciement d’utilisateurs qui cherchaient un iPhone depuis longtemps sans succès. »

Le pire pourrait être à venir

Les problèmes ne s’arrêtent pas là. Il ne s’agit pas seulement d’un trimestre de pertes. L’assouplissement des mesures « Zéro COVID » entraînera la reproduction d’un plus grand nombre de foyers de COVID-19 et des pénuries de main-d’œuvre pourraient survenir. Dans une usine, un seul cas positif peut affecter la production de téléphones pendant plusieurs jours ou semaines, ce qui se traduit par des pertes se chiffrant en milliards.

Il convient de noter que le gouvernement n’autorise pas l’importation de vaccins développés à l’étranger. C’est-à-dire qu’ils ne disposent pas des vaccins que les experts considèrent comme les plus efficaces, les vaccins à base d’ARNm, pour des raisons politiques. En outre, la Chine n’a commencé à promouvoir la vaccination des personnes âgées qu’en novembre 2021. Seulement 70 % des personnes de plus de 60 ans reçoivent les trois doses, et seulement 40 % des personnes âgées reçoivent le régime complet.

Sa stratégie de quarantaine et de tests pour éradiquer le virus n’a pas fonctionné, et l’on s’attend à ce que les infections se multiplient, menaçant le transport des denrées alimentaires, les services essentiels et la production de biens dont dépendent des millions d’entreprises. En outre, la demande sur le marché intérieur pourrait également diminuer, car les citoyens pourraient s’abstenir d’acheter des biens considérés comme un luxe au milieu d’une pandémie qui pourrait rendre les produits de base plus chers et accroître l’incertitude. Plus de 20 % des revenus d’Apple provenant de la vente d’iPhones proviennent des unités vendues en Chine.

En essayant d’éradiquer le virus au lieu de s’y adapter, les chaînes de production chinoises se sont retrouvées exposées. Il est très difficile de faire migrer la production technologique hors de Chine, car toutes les usines s’y trouvent, même celles qui s’occupent du raffinage des minéraux nécessaires à la fabrication des téléphones portables. Mais une alternative est nécessaire, et les principaux fournisseurs taïwanais tels que Foxconn, Pegatron et Wistron cherchent déjà à étendre considérablement leurs activités dans d’autres pays comme l’Inde.

Existe-t-il une alternative ? Apple fonde ses espoirs sur le Vietnam

iPhone, Foxconn

Comme indiqué par Wall Street JournalApple demande à ses fournisseurs de prévoir activement l’assemblage de ses produits dans d’autres régions d’Asie, notamment en Inde et au Viêt Nam, et cherche même à… réduire la dépendance à l’égard des assembleurs taïwanais tels que Foxconn. Cependant, le ralentissement économique mondial et le ralentissement du recrutement de la main-d’œuvre font qu’il est difficile pour Apple d’affecter du personnel à l’introduction de nouvelles technologies de produits, comme elle l’appelle en interne, auprès de nouveaux fournisseurs et dans de nouveaux pays.

Apple et la Chine avaient formé un mariage parfait, dont les deux parties ont énormément profité, jusqu’à la pandémie. Aujourd’hui, Apple a besoin d’alternatives, mais le changement ne peut se faire du jour au lendemain. Il est très difficile de fabriquer en dehors de la Chine. La marque doit continuer à mettre de nouveaux iPhones sur les étagères chaque mois, et mettre à jour ses offres d’iPad et de Macbook. Mais elle sera obligatoire, et pas seulement en raison de la gestion de la pandémie, mais aussi en raison du climat de tension géopolitique et des changements sociaux rapides et profonds que l’on observe en Chine.

Les jeunes Chinois ne sont plus disposés à travailler de longues heures dans une usine pour de faibles salaires et exigent des salaires élevés et des conditions bien meilleures que celles de leurs parents. Les coûts augmentent considérablement, mais ne peuvent être répercutés directement sur le consommateur. Apple a besoin d’une alternative, mais au Vietnam, bien que sa capacité industrielle soit en pleine croissance, il n’a pas la population nécessaire pour assumer toute la production et ne dispose pas de complexes aussi sophistiqués et grands que Zhengzhou. Il est impossible, pour l’instant, de fabriquer l’iPhone 14 Pro Max au Vietnam, mais les MacBooks pourraient y être produits.

En Inde, qui dispose pourtant de la main-d’œuvre nécessaire, il manque une réglementation et une coordination gouvernementales appropriées. Apple a éprouvé des difficultés à démarrer ses activités dans ces pays, car chaque État est géré différemment et les gouvernements régionaux imposent des obligations à la société avant même qu’elle ne soit autorisée à y fabriquer des produits.

Trouver un iPhone pour Noël aurait pu être délicat. Mais il sera encore plus difficile de trouver les sites nécessaires pour remplacer la « ville iPhone » construite au fil des décennies pour fabriquer l’un des produits les plus rentables de l’histoire.

Isabelle

Éternelle curieuse, j'adore plonger dans les univers les plus variés : jeux vidéo, gadgets, sciences... Chaque domaine a quelque chose de passionnant à offrir et je suis ravie de partager mes trouvailles et mes analyses avec vous sur web-actu.fr.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page